Zone explicative de la période 1917 au musée.


Diaporama maquette de 1917.


BR.20 du CAI, bombardiers italiens ayant pris part à la bataille d'Angleterre.


Messerschmit Me-262, premier appareil a réaction présent en Belgique et opérationnel.


Hunter du 7ème wing à Chièvres.


Présence américaine: F-16 de la 10th US Air Force en 1988.

Historique de la base

Période 1ère guerre:

C'est en octobre 1918, que s'installent, sur une prairie non loin de la base actuelle, quatre JASTA de l'aviation militaire Allemande; les Jasta 28, 33, 56 et 57.
Jasta est un acronyme formé par l'abréviation du mot allemand Jagdstaffel (escadrille de chasse).
Ces quatres escadrilles, équipées d'avions Fokker VII et d'albatros D.II et D.III, ne restent que 2 mois sur les terres de Chièvres et le 4 novembre 1918, font mouvement vers Waterloo.
A quelques kilomètres de Chièvres est basé le Flugpark 17 de Stambruges-Grandglise. Imposant aérodrome pour l’époque, construit en 1917,où les avions arrivaient par train directement de l'usine et étaient assemblés sur place dans les grands hangars construits par la Deutsche Luftsreikräfte (Service aérien de l’armée allemande impériale).

Période entre deux guerres:

Entre 1918 et 1939, les champs et pâtures redeviennent paisibles et seuls les fermiers et bétails occuperont les lieux durant 21 ans.
En 1939, le gouvernement belge, décide de créer sur le site de Chièvres, un terrain de diversion pour l'Aéronautique Militaire. La guerre étant proche, il est souhaitable de pouvoir s'y préparer, mais c'est trop tard, les travaux sont en cours lorsque de la déclaration de guerre le 10 mai 1940 survient.

Période de la seconde guerre:

9 jours plus tard, le 19 mai 1940, l'armée allemande occupe le terrain, et commence aussitôt les travaux d'installation d'une base aérienne pour la Luftwaffe (Base 404) sur les ébauches de ce que les belges avaient commencé.
En juin 1940, les travaux des bâtiments sont en cours, ainsi que les infrastructures techniques.

Le 27 septembre 1940, arrivée du CAI (Corpo Aéro Italiano) avec ses Fiat BR20 et les Cant Z 1007bis. Fin septembre 1940, 80 BR.20 M des 13° et 43° stormi quittèrent l'Italie pour se rendre en Belgique avec l'ensemble du Corpo Aereo Italiano (CAI) pour prendre part, comme le voulait Mussolini, à la bataille d'Angleterre. Dès le vol de transit, 5 appareils furent détruits à cause des mauvaises conditions climatiques. Les escadrons étaient établis, pour le 43° stormo sur Chièvres et le 13° sur la piste de Melsbroeck.
Après le 11 novembre ou 7 appareils furent perdus, les BR.20 M n'effectuèrent plus que des bombardements nocturnes. Entre octobre 1940 et janvier 1941, 12 BR.20 M furent perdus.
Ils ne resteront sur l'aérodrome que jusqu'au 15 avril 1941, moment ou ils rentreront en Italie ou partiront vers d'autres fronts.

A partir de cette date, la base accueille ensuite diverses escadrilles de bombardement et sert d'aérodrome de diversion pour les chasseurs allemands et divers autres appareils.
D'août à septembre 1944, le III/JG26 occupe la base ainsi que le KG6.
Fin août, la base de Chièvres est la première base en Belgique à accueillir des avions à réaction, notamment deux Arado 234 et une escadrille de Messerchmitt 262.

Le 1er septembre 1944, les Allemands quittent les lieux après avoir dynamité les installations et brûlé toutes les archives sur la grand-place de Chièvres.

Le 3 septembre, les Américains de la première division d'infanterie occupent les ruines de la base. Aussitôt, le génie commence la remise en service des installations.
La base devient la A-84.

Les premiers avions sont les P47 Thunderbolt des 361th et 365th Fighter Groups.
En mars-avril, les P51 mustang des 368th et 352th FG les rejoignent.
En décembre 1944, le 123e Wing de la RAF arrive à Chièvres pour contrer l'offensive des Ardennes, ce Wing est composé de 3 squadrons dont le 609e composé d'une majorité de pilotes belges.

Après le 8 mai 1945, la base sert de transit pour les militaires américains qui rentrent chez eux. On installe aussi un camp de prisonniers allemands.
En décembre 1945, les américains rendent l'aérodrome aux autorités belges.

Période après guerre:

De 1946 à 1949, la base sert de dépôt à l'OMA (Office Mutuel d'Aide) qui revent aux civils, le matériel militaire abandonné par les alliés.

Puis arriva le début de l'occupation belge...
C'est le 8 mars 1947, que la toute jeune Force Aérienne Belge, reprend officiellement la base, et, le 1er décembre 1950, fut créée la 7e Wing de chasse de jour, composé de trois escadrilles, les 7e, 8e et 9e avec comme insigne la cocotte (rouge pour la 7e esc.; bleue pour la 8e et verte pour la 9e.).

En mai 1951, la base reçoit ses premiers Météors F8 et T7, qui quitteront la base le 12 juin 1956 pour Koksijde et seront remplacés par les Hunters F4.
Le 15 mars 1957, dissolution de la 9e escadrille, les cocottes bleues.
Dès Janvier 1958, les Hunters F4 seront remplacés par les Hunters F6.

L'année 1963 verra bien des bouleversement au sein de la vie de la base, ainsi, le 31 juillet 1963, la 8e escadrille est dissoute, et la 7e escadrille suivra le 23 octobre. La cessation des activités du 7e Wing de Chièvres cesseront totalement le 28 octobre 1963 et sera officiellement dissoute le 4 novembre de la même année.

Cependant, la vie sur la base continuera entre 1964 et 1967, avec notamment la présence des Cadets de L'air le week-end, présence du Flight VSV avec ses T33 ainsi que le CFI (CI Force Aérienne).
Et ce fut la fin de l'occupation belge...

Depuis le 31 décembre 1967, la base est louée au SHAPE et elle est toujours occupée par les forces américaines.